Tweet
Théorie et Evaluation des Politiques Publiques

7 Axes de recherche

Environnement, Alimentation et énergie

Hubert Gaigné

Cet axe s’intéresse aux questions touchant les politiques environnementales et énergétiques. Il cible, en particulier, les problématiques suivantes :
1) changement climatique et transition énergétique,
2) gestion des ressources naturelles en mettant un focus sur la financiarisation des ressources naturelles et des marchés de l’énergie, d’une part, et sur le lien entre conflits et ressources naturelles, d’autre part
3) économie maritime, couvrant plusieurs secteurs d’activité (pêches, ports et transports, tourisme littoral, énergies marines, etc.),
4) territoire et mobilité durables.

Des modèles théoriques mais aussi empiriques sont développés pour répondre à ces questions. Un panel d’outils empiriques (économétrie appliquée, méthodes de simulation et de programmation mathématique, économie comportementale et expérimentale) est utilisé. L’évaluation des politiques environnementales est au cœur de l’activité de cet axe. A cet effet, les interactions avec d’autres axes tels que méthodes d’évaluation, nudges, santé et risques, département d’outre-mer et alimentation végétale et condition animale sont enrichissantes. L’axe environnement-énergie n’ayant pas d’historique dans le réseau TEPP, nous souhaitons, dans un premier temps, recenser puis réunir les chercheurs travaillant autour ces thématiques afin de favoriser les échanges. Par la suite, il est envisagé de répondre à des appels à projet en commun. En outre, nous souhaitons organiser des écoles d’hiver pour les doctorants des différents laboratoires membres du réseau.




Inégalités et discriminations
 

Pascale
Pascale Petit (ERUDITE-U Gustave Eiffel)

Dans le prolongement du programme GEODE de TEPP, cet axe est dédié à la mise en évidence de discriminations à l’embauche en raison de plusieurs critères (sexe, origine, réputation du lieu de résidence, âge). Tout en poursuivant ces travaux qui s’appuient sur la méthodologie du testing développée depuis 2008 au sein de la plateforme CELESTE, nous nous proposons d’une part de mesurer les discriminations dans l’accès à d’autres marchés que le seul marché du travail, et d’autre part, au sein du marché du travail, nous mettrons en évidence des discriminations autres que les seules discriminations à l’embauche (salaires, trajectoires de carrière, etc.). Nous développerons aussi des travaux dans le champ de l’évaluation des politiques publiques et privées de lutte contre les discriminations. Parallèlement, nous couvrirons la thématique des inégalités, qui recoupe en partie seulement celle des discriminations. L’animation de cet axe prendra plusieurs formes. Il s’agira de fédérer des chercheurs de TEPP autour de réponses à appel à projets. Il s’agira également de réserver régulièrement une journée sur cette thématique dans le cadre de l’école thématique du CNRS sur l’évaluation des politiques publiques. Tous les chercheurs de TEPP seront sollicités en amont pour indiquer s’ils sont a priori intéressés par cette thématique, et le cas échéant, il leur sera demandé de préciser quelle serait leur(s) approche(s). A priori, et de façon générale, toutes les méthodes d’évaluation sont pertinentes et complémentaires sur cette thématique : méthodes qualitatives, approche théorique, testing, expérimentations avec protocole d’assignation aléatoire, microéconométrie sur données d’enquête, économie expérimentale, etc.



Macroéconomie et marché du travail
 
François
François Langot (GAINS, U Mans)

Cet axe prend appui sur deux programmes de recherche internationaux : le réseau Search and Matching (SaM) et le développement du logiciel DYNARE. A l’initiative de la création du réseau SaM, cet axe proposera de nouveaux développements des modélisations du marché du travail. Au-delà de l’objectif d’expliquer les interactions des acteurs sur ce marché, ces modèles théoriques seront utilisés pour l’évaluation de différents scenarii de réforme, et d’optimisation des mécanismes régulateur existants. Pour ce faire, des méthodes de résolution numérique de ces modèles non-linéaires doivent être développées. Une fois résolus, ils peuvent alors être estimés et utilisés pour des chiffrages de politique publique. Les chercheurs de cet axe sont aussi conscients que les évaluations de politique économique se font dans un contexte marqué par les contraintes budgétaires fortes des décideurs publics. C’est pour cela que l’aspect équilibre général, spécifique aux approches macroéconomiques, sera également porté au sein de cet axe. En cohérence avec l’histoire de cet axe de recherche et avec ces objectifs, nous contribuerons à l’évolution du logiciel DYNARE qui permet de résoudre et d’estimer les modèles dynamiques de la macroéconomie moderne, mais aussi « à l’ancienne ». Via ses interactions avec le programme de recherche PANORisk, cet axe de recherche participera également au développement des nouvelles méthodes permettant d’introduire une large hétérogénéité des comportements dans les modèles macroéconomiques, mais aussi de tenir compte de la perception des risques lors des prises de décision des acteurs économiques. Ces travaux permettront donc à cet axe de recherche d’interagir avec tous les autres axes de TEPP, en particulier ceux traitant des inégalités et de l’efficacité des politiques fiscales ou bien encore de la santé et du risque. La participation et l’organisation régulière de l’école thématique du CNRS permettra d’échanger sur cet axe de recherche. Des journées d’étude seront également organisées pour structurer la dynamique de recherche de cet axe de TEPP.


Politiques des organisations
nathalie
Nathalie Greenan
 (CEET, LIRSA - CNAM)

Cet axe s’attache à l’analyse des politiques des organisations et aux interactions qu’elles entretiennent avec les politiques publiques. Il s’inscrit dans le prolongement de travaux antérieurs, coordonnés par le Centre d’Etudes de l’Emploi (aujourd’hui Centre d’Etudes de l’Emploi et du Travail au sein du CNAM), sur les politiques des organisations en matière de travail et d’emploi. Il examine comment les relations de travail et d’emploi se construisent au sein des organisations et la part qu’y prennent les décisions managériales et les régulations collectives. Les questions traitées sont donc abordées en intégrant les points de vue des deux parties prenantes des organisations que sont leur direction et leurs salariés. Cet axe s’appuie sur l’association de différentes approches empiriques, combinant la réalisation et l’exploitation d’enquêtes et de données quantitatives et qualitatives et il investit dans la construction de dispositifs d’observation couplant l’interrogation des employeurs à celle de leurs salariés. Ainsi, le projet COI-COSA (Collaboration CEE, ERUDITE et EPEE, ANR-07-ENTR003), qui a exploré les processus d’adaptation de la main d’œuvre des entreprises et des administrations aux changements organisationnels et informatiques, a été développé et réalisé au sein de l’axe. Aujourd’hui, l’axe anime le projet CAGE (collaboration CNAM-CEET et GAINS, ANR- 16-CE26-0019) qui vise à évaluer empiriquement l’efficacité des négociations collectives en matière d’égalité professionnelle entre les femmes et les hommes en s’appuyant sur l’appariement d’une enquête statistique, de fichiers administratifs sur la négociation collective et sur le codage d’un corpus de texte producteurs de normes en matière d’égalité professionnelle. Centré jusqu’à présent sur le domaine travail et emploi, cet axe est prêt à déployer ses approches et ses méthodes à d’autres domaines de la politique des organisations.


Politiques fiscales

Etienne
Etienne Lehmann
(CRED - U Paris II)


Les questions fiscales sont régulièrement au cœur des débats sur les politiques publiques, notamment à l’occasion de la discussion annuelle au parlement des projets de loi de finances et des projets de loi de financement de la sécurité sociale. Au cours des toutes dernières années, des progrès considérables ont été réalisés en termes d’accès des chercheurs aux bases de données fiscales et d’accès aux modèles de micro-simulation. Ces progrès ont permis récemment à de nombreux acteurs (IPP, OFCE, …) de participer aux débats portant notamment sur les effets des réformes fiscales en terme d’inégalités et de coûts pour les finances publiques et de discuter des expertises qui étaient préalablement le monopole de l’administration. Pourtant, dans une perspective de plus long terme, il est également important d’informer les décideurs sur la manière dont les réformes fiscales peuvent modifier les comportements. De plus, si l’offre et la demande sont modifiées suite à une réforme fiscale, alors des effets prix peuvent complètement modifier le diagnostic redistributif qui peut être fait. Le but de l’axe Politique fiscales est d’apporter un éclairage sur les effets des politiques de long terme, en prenant notamment en compte les effets sur les comportements et sur les prix. Les méthodes employées articuleront à la fois les approches théoriques, notamment pour mieux identifier les élasticités qu’ils convient d’estimer, et les approches empiriques en formes réduites ou plus structurelles. Cet axe se situe dans le prolongement du programme ANTIPODES de TEPP et du projet EXERCICE sur l’évaluation du CICE. Il s’appuie sur l’organisation régulière de journées consacrées à l’évaluation des effets de la fiscalité lors des écoles d’hiver d’Aussois en 2015, 2016 et 2017. Enfin, TEPP est partie prenante dans l’organisation d’un Groupe de Travail sur l’économie de la fiscalité qui fonctionne sur une base mensuelle dans les locaux du CRED avec des chercheurs de l’école Polytechnique et du THEMA Cergy. 


gulations et marchés
FC
François-Charles Wolff (LEMNA - Nantes U)

Cet axe de la fédération TEPP a pour objectif principal d’évaluer les effets d’interventions publiques sur les marchés, quelle qu’en soit la nature, et de réfléchir dans une démarche plus prospective sur les modalités les plus appropriées par lesquelles les pouvoirs publics pourraient intervenir. Cette réflexion n’est pas circonscrite à une seule thématique. Il peut s’agir par exemple d’évaluer les effets de prix imposés, prix-planchers ou prix-plafonds, sur les marchés tel le salaire minimum sur le marché du travail qui a des conséquences directes sur l’emploi et sur la dynamique des salaires ou bien l’encadrement des loyers ou encore l’effet des mécanismes de soutien sur les marchés agricoles. Le fonctionnement lui-même des marchés sera exploré. La disponibilité de données massives doit permettre de mieux comprendre les comportements des acheteurs et des vendeurs sur les marchés, et une réflexion sera menée sur l’accès à l’information qui caractérise désormais de nombreux marchés avec des sites de recommandation en ligne. En lien avec la cellule MER du LEMNA, des travaux spécifiques seront menés sur les marchés aux poissons à travers la production d’indices de prix fondés sur des données de transactions ou bien sur les comportements d’achat en présence des marchés locaux connectés. Enfin, l’interaction entre les actions publique et privée sera étudiée en cherchant à évaluer d’éventuelles substitutions ou complémentarités. Les conséquences des transferts publics sur les comportements individuels sont le plus souvent analysées sans prendre en compte de possibles ajustements au niveau familial, alors même que l’action publique peut perdre de son efficacité s’il existe des bénéficiaires indirects aux dispositifs mis en place. Sur le plan de l’animation, le premier objectif consistera à recenser les chercheurs de TEPP intéressés par des problématiques liées aux marchés et à identifier la possibilité de réponse à des appels d’offres, notamment sur le lien entre les transferts privés et publics. Des journées d’études spécifiques seront ensuite organisées, en s’appuyant notamment sur l’école thématique du CNRS organisée par la fédération TEPP.  

Santé et risque
olivier
Olivier L'Haridon (CREM - U Rennes)

Cet axe est dédié à l’étude des risques et des incertitudes dans les domaines liés à la santé des individus. Il s’appuie principalement sur des travaux d’économie appliquée et mobilise différentes sources et méthodologies empiriques : analyse des données d’enquêtes en population, recours à des méthodes de type choix discrets, expériences randomisées, mobilisation de bases de données publiques (score santé, share, enquête emploi…), économie expérimentale…). L’objectif de cet axe de recherche est de faire dialoguer les analyses des comportements face au risque (prises de risque, comportements à risque, prévention, protection, assurance…), qui restent profondément individuelles et l’étude des politiques publiques de santé, principalement envisagées dans une optique collective et sociale. Ainsi, cet axe de recherche a pour ambition première, au travers de ce dialogue, de fournir un cadre d’analyse et de réflexion sur la définition et l’évaluation des politiques de santé enrichi des apports de l’économie comportementale. A ce titre, il est tout particulièrement amené à participer aux groupes thématiques Nudges et Méthodes de l'évaluation. Cet axe de recherche a également pour ambition d’accompagner le développement des nouvelles méthodes permettant de prendre en compte l’hétérogénéité des comportements dans le domaine de la santé en présence de risque. De ce fait, des complémentarités naturelles sont appelées à se développer avec les axes Environnement, Macroéconomie et marché du travail, Régulations et marchés. Enfin, cet axe vise à développer une meilleure prise en compte de la modélisation et de l’évaluation de l’incertitude non probabilisable dans une optique d’évaluation et d’aide à la décision individuelle. L’objectif est de fédérer les chercheurs de TEPP, des journées d’étude seront également organisées pour stimuler les échanges et structurer la dynamique de cet axe de TEPP.